Pox et le Fantôme de Mac Karty !

C’est vrai c’est quoi ce bazar ?…

Il n’aura fallu qu’une compo, Carrousel, belle et nostalgique, chargée d’ ambiance un peu rétro, pour faire remonter à la surface ce personnage atypique qu’est Mac Karty.

Bien sûr, il n’est pas venu de très loin quand même. Comme le dit le vieil adage : « on choisit pas sa famille …» or il s’avère que dans Pox, François descend de ce phénomène…

Vraiment phénomène ! Car c’est sous cette appellation que l’on parlait de lui et c’est comme ça que Mac Karty existe encore à ce jour, dans les livrets, les cartes postales et dans les articles de presse, lorsque l’on sait chercher. Et maintenant en chanson… !

De son vrai nom Égide Boudet, dit « Auguste », est né le 22 février 1880 dans le cinquième arrondissement de Paris ; il était petit-fils de bougnat auvergnat, monté à Paris pour fuir la misère.

Son époque, c’est le Paris des Expos Universelles, de la tour Eiffel, des tournées du cirque Buffalo Bill et du rêve de l’Amérique, des artistes-peintres de Montmartre, et des Apaches, ces petites frappes écumant la butte et les quartiers dont Mac se disait être. C’est le Paris des cabarets, où le beau monde s’acoquine dans des soirées tordues.

Mac sera gérant du Cabaret du Néant, boulevard de Clichy, tout près de l’Enfer et du Ciel.

C’est aussi la Fée Électricité qui déboule et Mac s’en emparera. Managé par l’illusionniste Dorville, il écumera les foires du Nord de la France, de Normandie et de Montmartre, d’hôtels en roulottes, d’immenses succès en fours aussi parfois !

Mac Karty revient de la guerre en 1919 où il n’est pas mort… Un voile triste englobe alors son monde car comme un peu partout, la Grande Faucheuse s’est grassement servie autour de lui.

De foires en foires, de cabarets en loges, de rencontres en amitiés circassiennes, de Cirque Médrano en Cirque d’Hiver, il avancera sans connaître le succès de ses amis Fratellini et autres artistes farfelus. Et puis en 1927, Novembre, le 22 … probablement tuberculose…

C’est une histoire vraie. Et Pox est heureux de vous la raconter. Le morceau Carrousel est un peu une parenthèse dans notre production ; son texte est une compilation d’articles à peine modifiés, parus dans l’Est Républicain entre 1913 et 1926.

Alors considérez que Pox propose une invitation au voyage dans le temps et qu’à l’occasion de ce Carrousel, il est un trio rock jouant au Monsieur Loyal complètement triphasé…

Poxément vôtre…